LE SOUFFLE DU PARDON

LE SOUFFLE DU PARDON

Tel est le don spécial d’Esprit Saint par lequel le Ressuscité établit ses apôtres – et leurs successeurs dans le sacerdoce ministériel – grands prêtres du Pardon de Dieu pour tout homme pécheur. Thomas (en araméen, jumeau se dit ta’ama) y résiste d’abord. Un peu comme si cet apôtre était le « jumeau » de Simon-Pierre le renieur. Mais n’est-il pas aussi le « jumeau » de chacun de ceux qui résistent à poser l’acte de foi donnant accès la miséricorde ?  

Dès le soir de Pâques, le Christ souffle sur ses Apôtres le vent du relèvement ressuscitant, afin qu’ils fassent désormais pour les autres ce que Dieu a fait pour eux : « Ceux à qui vous pardonnerez leurs péchés, ils leur seront pardonnés. » Thomas sera-t-il bio-résistant ? Le Seigneur livre son corps aux mains de son Apôtre qui exige d’y procéder à une parodie de la Passion (doigt-clou, main/lance).        

Mais Thomas y perd le mérite de l’acte de foi. Du moins, que tout péché puisse être plongé dans les plaies transfigurées du Ressuscité ! « Qui peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir de pardonner sur la terre », Jésus ordonne au paralytique : « Lève-toi et marche ! » Eh bien, marchons !

P. Antoine Baron

Fermer le menu