ET QUELLE LUMIÈRE !

ET QUELLE LUMIÈRE !

  • Post Author:
  • Post Category:FLOP

« Lumière ! » clame une voix. Et les ténèbres explosent : enfin, on voit clair ! Tel est l’avènement du Messie d’Israël comme lumière des Nations : si le big-bang du matin de Pâques concerne d’abord le peuple élu, il rayonne désormais en épiphanie de lumière irradiante sur tous les peuples du monde. Les païens peuvent converger vers la mangeoire eucharistique, pour présenter en offrande leur action de grâce.

Bien sûr, nous venons de fêter Noël, précisément à la date de la fête païenne du Sol invictus, le solstice d’hiver. La nativité ne nous est-elle pas donnée à vivre dans ce rayonnement de gloire ? D’autant que le Ressuscité ne cesse de naître en son Eglise : « Grâce à l’amour de notre Dieu, l’astre d’En-haut vient nous visiter pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort ». Dans la Liturgie des Heures, le Magnificat est chanté chaque soir aux Vêpres par l’Eglise au nom de la Vierge-Mère. Mais aux Laudes, le Benedictus, quand Zacharie a retrouvé la foi et la voix, est entonné au nom du Baptiste face au soleil levant. « Soleil, ô toi sans qui les choses ne seraient que ce qu’elles sont ! », disait Edmond Rostand dans Chantecler, et il ajoutait : « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. »

P. Antoine Baron