VICTORIEUX

VICTORIEUX

D’où sont prononcées les paroles que nous entendons dans l’Evangile ce Dimanche ? De la bouche de Jésus en personne, probablement au Cénacle. Le Christ ressuscité n’est-il pas le Verbe du Père qui les prononce dans le Souffle ? L’Eglise nous les fait entendre entre Pâques et l’Ascension : le Vivant d’éternité annonce son départ et son retour. Aussi bien son élévation corporelle dans les hauteurs de la gloire du Père que la venue du Défenseur. Par lui est tenue la promesse : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps. »

Dans la communion de l’Eglise animée du don de l’Esprit, les disciples de la Nouvelle Alliance ne manqueront pas d’être confrontés désormais – comme leur Maître – aux puissances de celui que l’Apocalypse nomme : « l’accusateur de nos frères ». Seront-ils victorieux ? On pourrait décider de les priver de nourriture et de boisson, s’ils gardent la parole de Jésus : « Ceci est mon Corps, ceci est mon Sang : faites-cela en mémorial de moi », le Ressuscité leur confère sa propre victoire. « La paix soit avec vous » n’est-il pas le vital mot de passe par lequel il se fait reconnaître ? « Ma paix, ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne ». En latin, vainqueur se dit vincentus : je suis Vincent.

P. Antoine Baron

Fermer le menu